Tentative d’un jeu de rôle épistolaire..

Il y a un bon nombre de mois, j’ai proposé à Luc et Manu un jeu de rôle épistolaire, c’est à dire uniquement via des courriers.

Je me suis très largement inspiré des réflexions, du travail et du jeu de Morgane Reynier que je remercie. (cf. par exemple https://www.rosedesventseditions.com ) et également de EPISTOLARY de Scott Slomiany.

Hélas le jeu ne sera pas allé au bout…

Notre jeu au XIXe, après l’Empereur

Connaissant mes potes, je me suis dit qu’un univers « historique » (je reviendrais plus pas sur ces guillemets) leur plairait davantage, et j’ai choisi la France, après la chute de Napoléon Ier (1). C’est un univers que nous connaissons assez bien (fanas d’Histoire et de wargames), qui est également mythifié (au moins partiellement) dans l’imaginaire. JOuer des demi-soldes encore fidèles au souvenir de l’Empereur, alors que la Restauration bat son plein .. 🙂

Contrainte : 3 joueurs

Cette contrainte volontaire m’a permis d’imaginer une sorte de scénario, et donc préparer une fin possible. Je voulais que les 2 autres personnages se rencontrent ce qui serait une condition nécessaire pour terminer.

Mais également, j’ai décidé que la fin « victorieuse » ne serait acquise que si je les avais amené à écrire certains termes ( c’est ma partie ludique dans cette partie). Je ne leur en ai pas parlé..

Inspiré du livre « Le poids de son regard » de Tim Powers,

je souhaitais qu’au moins 3 éléments de cette liste entrent dans la fiction :

  • une tempête de sable
  • les ruines d’une ville
  • un trafiquant d’armes
  • la villa de Byron (sur les bords de l’Adriatique ?)
  • Les statues de pierre qui se déplacent au claire de lune

Cela permettait également de sortir la narration des aventures de « simples demi-soldes » et d’ajouter du fantastique / émerveillement. Et de trouver des inspirations. (d’où les guillemets au mot « Historique » plus haut 🙂 )

J’ai donc commencé en écrivant une lettre à Manu et une autre à Luc, en suggérant par moments que je connaissais une 3e personne qui …

Le format

J’ai insisté mais sans doute pas suffisamment auprès de mes 2 comparses, pour qu’on procède réellement par courrier. Peine perdue 🙁

L’un m’a apporté de superbes missives, mais en main propre. Le second me les déposait dans ma boîte à lettre lorsque il venait chez moi.

Superbe missive de Manu, mais remise en mains propres)

On perd là une TRÈS importante partie de ce type de jeu. (c’est également pour quoi je ne voulais pas de jeu par e-mail pour cette partie censée se dérouler au XIXe siècle ! )

Premiers tours de jeu

J’ai hélas oublié de scanner ma 1ere lettre, vous n’en trouverez que mon brouillon. J’ai ensuite scanné tous les échanges, ce qui permettra aux plus curieux d’entre vous de lire le début de cette histoire qui aurait pu être intéressante.

Dans ma première lettre, je suggère très fortement à mes partenaires des possibilités pour leurs persos.

J’ouvre également un grand nombre de portes vers des pistes à suivre ou pas, et je m’y présente en signalant simplement les changements survenus depuis notre dernière rencontre. Et pour l’autre joueur en expliquant comment j’ai entendu parler de lui.

Je me suis très fortement inspiré d’un scientifique historique, anti royaliste, et qui mourut à Bruxelles un an plus tard (ce qui m’aurait permis d’utiliser cette ficelle, avec des renvois vers wikipedia 😉

Les premiers échanges ont fonctionné, malgré les « non usages du courrier réel »

Les autres tours de jeu

Ils ont commencé à s’espacer, ce qui est normal, aussi ai je demandé à mes joueurs si c’était OK, que sinon on pouvait arrêter. Mais tout semblait fonctionner ( rédiger une lettre peut prendre de quelques minutes un midi sur un coin de table de restau (2) jusqu’à une soirée « jeu solo » chez soi tranquilou ..

Puis .. rien

J’ai relancé verbalement mes joueurs, qui semblaient d’accords, mais plus de nouvelles. À l’heure actuelle je ne sais toujours pas pourquoi (messieurs vous serez libres de commenter ici)

Bilan de cette tentative

Je suis assez déçu, car rien ne me semblait insurmontable

  • pas de deadline sur les dates, on pouvait écrire à notre rythme
  • Temps requis pouvait être très court, une missive étant parfois quelques lignes hâtivement jetées avant que de prendre la malle-poste pour fuir une ville
  • Pas « trop de liberté », ce qui peut bloquer certains joueurs dans des jeux narrativistes, puisque je suggérais fortement des pistes (libres à eux de les utiliser où d’en inventer)

C’est donc un échec, que je ne m’explique toujours pas…

(1) Et avant son retour pour les 100 jours. (2) oui, nous avions commencé avant la pandémie

Les échanges :

(cliquer sur une image pour la voir en grand)

  • Le colonel Jean-Claude Desailly, (Manu)
  • Docteur Louis Cordelier, ancien officier et scientifique (Ronan)
  • Alexandre Taillandier, un très jeune homme qui ne connaît pas ses origines (Luc)
  lancement Manu créé son personnage
Tour 0 -1816 – lancement. Manu créé son personnage (désolé pour ce texte informatique)

5 mars 1816 Cordelier -> Desailly (page1)

      (page2)

 

6 mars 1816 Cordelier à ‘perso de Luc’ (page 1)

Vous aurez noté ci dessus que le personnage de Luc n’étant pas encore défini, je n’ai pas précisé son nom ..

31 mars 1816 d’Alexandre à Cordelier (p1)

(page 2)

(page 3)

11 avril 1816 Desailly à Cordelier

(page 2)

11 mai 1816 Cordelier à Alexandre

(page 2)

11 mai 1816 Cordelier à Desailly (p1)

(page 2)

(page3)

C’est tout, (j’espère que vous aurez apprécié la bonne plume de mes 2 partenaires 🙂 )

Merci de m’avoir lu, prenez soin de vous et à bientôt !

Leave a comment