Raid nocturne près d’Almendralejo

Dans le cadre de notre campagne Guerre d’Espagne voici l’AAR d’un raid effectué de nuit par les troupes nationalistes. L’arbitre (votre serviteur) tient à jour une carte stratégique, et propose des QCM aux trois joueurs. Celà génère des combats pas forcémments équilibrés ;-) )

Ce scénario a été très intéressant, j’envisage d’en faire une version pdf “officielle”, compatible 1936 et contemporain. Je commente les images en anglais pour certains de nos visiteurs.

(Pour rappel, il s’agit de figurines 10mm Pendraken. La règle habituellement jouée Force on Force a été ici remplacée par Ambush Alley, en effet les troupes anarchistes (jouées par Damien) ne sont pas organisées !)

(clic on picture to see it larger)

Raid nocturne dans les faubourgs d’Almendralejo

(all is quiet in this suburb)

Une force nationaliste, triée sur le volet a prévu un raid nocturne. Après avoir observé les allées et venues des miliciens dans le faubourg, le commandant nationaliste (Luc) lance son raid aux dernières heures de la nuit. L’objectif est de ramener un prisonnier.

Ses forces sont composées de 3 FireTeam, dont une est composée des fameux tirailleurs marocains d’Ifni. Ces derniers ont une règle spéciale pour leur premier mouvement.

Les milices sont scindées en 3 groupes par Damien : le premier (sans officier) est en patrouille : son mouvement est conditionné à des jets de dés. Le second est embusqué, il n’ a pas été repéré par les nationalistes (figurines en placement initial caché, donc elles ne sont pas sur le plateau de jeu !)

Le dernier groupe ronfle bruyamment dans une grange en ruines.

Le niveau d’insurection est très bas : 2. Il passera à 3 quand le jour se lèvera.

L’arrivée des tirailleurs

(tiradores de Ifni moving using "out of contact movement")

-

Très aguerris, ceux çi peuvent effectuer leur premier mouvement en utilisant la règle Out of Contact Movement, mais ils doivent stopper s’ils s’approchent d’un bâtiment.

En effet, ils étaient très expérimentés pour les combats dans la nature.

-

Un groupe de miliciens endormis, quelques uns se déplacent entre les bâtiments..

(sleeping milicians in the ruins)

Premier assaut des nationalistes

-

Un assaut est conduit par un officier contre les miliciens.. (la 2° Fireteam échoue dans son jet d’élan)

.. mais les anarchistes ne dormaient que d’un oeil, et repoussent l’assaut sans difficultés !

(nationalists with officer assaulting the anarchists)

(the nationalists forced to pull back ! "take cover !")

-

Les nationalistes se replient

dans leur bâtiment,

emmenant avec eux leur blessé.

Pendant ce temps la patrouille se décide enfin à bouger..

-

La patrouille, sans officier, s’était planquée et fumait ses clopes tranquillement.. mais au son des coups de feu elle se décide à aller voir ce qui se passe.

(the patrol stopped to smoke and hide, and finally start to move while hearing gunshots)

-

Les tirailleurs ont réussi à se faufiler dans le village sans attirer l’attention de l’ennemi..
.. jusqu’à ce qu’ils tombent sur les troupes irrégulières embusquées dans le bâtiment central !

(tiradores reach the village without being seen. But here was waiting a hidden unit !)

-

Couverts par une Fireteam en “overwatch”, les tirailleurs ne font qu’une bouchée des miliciens.
Ils en profitent pour se saisir de l’unique officier des miliciens, et le font prisonnier !

(covered by FireTeam B on overwatch, the tiradores took prisonners !)

Le jour se lève enfin, et avec lui arrivent des renforts pour les anarchistes !

(incoming reinforcements for the irregulars, while the sun is rising)

-

Voici enfin des renforts, attirés par les bruits des combats !

-

Ils lancent un assaut sur le flanc, mais en ordre dispersé (ah le manque d’officiers !)

(they're running to cover, while taking shots from the nationalists)

(only 2 milicians reached the ruins ! the others ran away..)

-

.. Seuls 2 miliciens arrivent à couvert !
Les autres ont fuit pour la plupart sous les tirs des nationalistes placés en overwatch.

(milicians hiding and waiting for reinforcements near a hotspot)

-

Quelques rescapés se terrent..

Pendant ce temps sur le flanc gauche

-

Des renforts arrivent sporadiquement, et de sévères combats ont lieu.
La Fireteam nationaliste a eu la chance de trouver un couvert (1D de bonus via une carte Fog of War)

(severe fights across the hedge. the lucky nationalists - I was playing them - took cover using a Fog of War card)

(the anarchists under heavy fire !)

-

Les anarchistes commencent à se regrouper, malgré le feu dévastateur des réguliers qui couvrent la retraite des tirailleurs.

Victoire nationaliste !

C’est une victoire pour les nationalistes !

(nationalists tiradores bringing back their prisonner ! Victory !)

Les tirailleurs réussissent à ramener leur prisonnier dans leur lignes.

Ils n’ont eu qu’un blessé léger.

C’est un rude coup pour les miliciens qui découvrent la puissance des troupes régulières nationalistes, et qui devront s’organiser bien davantage (stratégiquement parlant).

Je jouais les nationalistes de Luc, et j’ai eu pas mal de chance avec les cartes Fog of War. Je n’ai par contre pas totalement sû profiter des tirailleurs, il y a moyen de faire mieux. Et j’ai voulu agir vite, pour profiter de la nuit. Peut être aurai-je dû regrouper davantage mes forces. Mais bon, la victoire est là c’est le principal ! :-)

Damien avait très bien placé ses troupes irrégulières, toutefois le choix de ne pas affecter d’officier à la patrouille s’est avéré coûteux.

(C’est mon avis Damien qu’en dis tu ?)

Sa charge en masse a été bien menée, même si elle n’a pas abouti (malgré le fort moral des anarchistes). Couplée avec le combat sur/dans/à travers/dessous la haie, la victoire a été incertaine jusqu’au bout !

C’est une victoire nationaliste. Elle n’a pas d’impact directement sur le front, mais qui sait quels renseignements ils vont obtenir de cet officier prisonnier ?…

Merci pour votre lecture !

2 commentaires

  1. Damien:

    Effectivement, ce fut une partie très intéressante. La phase finale avec l’arrivée massive de renfort a rendu la partie encore plus réaliste.
    J’ai sous-estimé l’efficacité des unités régulières nationalistes et il ai vrai que l’absence quasi constante d’officier a été un gros désavantage pour les anarchistes.
    Cependant, je vais te contre-dire Ronan, les 4 espinguoins en train de fumer leur clope (ou compter fleurette à la fille du meunier) n’auraient pas changer grand chose au résultat final. Par contre, j’aurai jouer au lâche et faire retraiter mon unique officier pour accueillir les renforts.

  2. ronan:

    mmh…
    je pense que ta patrouille qui comptait fleurette aurait empêché les tirailleurs d’entrer aussi facilement dans le village.
    Mais embusquer ton groupe avec l’officier était un choix tactique intéressant !

Laisser un commentaire