[jdr] Un pèlerinage dans les terres dévastées : (Sundered Lands) part 01

“Je suis un guerrier qui recherche désormais la paix..”

Je vous propose ici une expérience de jeu de rôle, basée sur un court pdf écrit par Vincent Baker

(je vous laisse regarder qui est ce grand monsieur << ).

Je vais incarner un personnage, qui effectue un pèlerinage dans les terres dévastées ( c’est MA traduction pour Sundered Land )

Dans les commentaires de cet article, vous pourrez me faire des propositions, répondre à mes questions.

je choisirai une réponse, et vous décrirai la suite. Je regarderai vos réponses quand j’aurai le temps, et le choix m’est totalement libre.

Votre but est de me mettre en danger. Si je survis à cet épisode, cette partie est terminée (mais on pourra si ça vous dit continuer un peu plus loin sur la route ;-) )

note : ce pèlerinage est un des 5 composants du jdr narratif qu’est Sundered Land.   [edit du 26mars16 >> part 02 << ]

Règles du jeu

  1. Vous ne devez QUE répondre à mes questions.
  2. Si vous ne connaissez pas la réponse, inventez.
  3. Ne faites que des réponses COURTES.
  4. Si votre réponse perturbe le jeu, je suis en droit de l’effacer.
  5. Normalement je devrai privilégier la 1ere proposition. Si vous êtes d’accord avec celle écrite précédemment, vous pouvez simplement mentionner “+1 avec  xxx”

Le monde

Ce monde a été dévasté. Il s’agissait peut être d’une terre identique à la nôtre. Peut être. C’est ce que disent les écritures. Ou est ce un univers alternatif et dévoyé ? Ou bien cet univers est en fait la réalité, et vous êtes des puissances extérieures qui influez sur mon destin. Je ne sais pas. Les guerres immémorables ont vu s’affronter des civilisations, et les ont vu s’effondrer. Les démons, monstres et autres ignominies qui errent parmi nous les humains sont ils réels. Mon expérience de soldat me dit que oui.. J’ai combattu au service des rois, des grandes cités et, parfois, pour de justes causes.

Le pèlerin

Je suis un guerrier qui recherche désormais la paix, et qui veut en finir avec tous ces bains de sang. J’effectue un pèlerinage au Temple des Non-Dieux, dans la lointaine cité de Gulls.

Mon voyage solitaire m’a conduit dans les collines grises, habitées par des créatures affamées de chair humaine. Du moins c’est ce qu’on m’a dit dans le dernier village que j’ai traversé il y a maintenant de nombreux jours.

Mon but est de traverser ces collines et de continuer mon pèlerinage.

  • J’ai un long couteau caché sous ma chemise
  • De très longs cheveux noirs dénoués

Arrivée dans les collines grises ..

J’arrive maintenant sur les premiers contreforts des collines grises, devant moi elles moutonnent langoureusement, couvertes par endroit de quelques forêts éparses. Des nuages gris roulent dans le ciel. Le chemin devient maintenant un sentier, qui s’élève au bout de quelques pas, contournant un petit ruisseau.

Quelque chose m’avertit d’un danger imminent ? Qu’est ce qui m’avertit ?

 Le silence absolu de la nature se fait soudain autour de moi. Plus un bruit. je m’accroupis près d’un buisson épineux, et observe autour de moi.

Est ce que je me sens observé ? Y-a-t-il vraiment aucun bruit, ou est ce que j’entends quand même le petit ruisseau ?  N’importe qui peut répondre.

Rien ne semble bouger, c’est un peu comme si le temps ralentissait peu à peu. Encore quelques secondes et je jurerai que l’air lui même s’épaissit. Malgré le bruissement du ruisseau proche j’entends comme un petit grincement. Cela ressemble au frottement de deux cailloux. Je n’ai à peine le temps de jeter un coup d’œil circulaire qu’un hurlement inhumain déchire l’air, et je réalise alors que même l’eau du ruisseau s’est figée.

Dans cet ambiance étrange où l’air même paraît s’épaissir et ralentir mes mouvements je tente de voir ce qui a poussé ce cri.

Que vois je ? N’importe qui peut répondre

Je remarque alors à 20 m sur la gauche de petits rochers qui s’écartent, dévoilant une cavité. Une brusque bourrasque, terrible, couche soudain toutes les herbes sauvages, secoue les buissons, et semble balayer cette étrange ambiance silencieuse. Le cri disparait ou est couvert par le hurlement du vent.

Je me précipite dans la cavité pour m’en abriter.

Qu’y a-t-il  ? N’importe qui peut répondre

 Après quelques pas dans ce qui semble être une caverne, une odeur pestilentielle assaille mes narines tandis que mes yeux s’habituent à l’obscurité. Derrière moi le vent hurle rageusement  au dehors. Je m’aperçois que j’avais eu le souffle coupé par la terrible tempête.

Soudain je distingue une forme grise qui s’avance vers moi, sortie du fond de la caverne ! Je m’empare de mon couteau et les années d’expérience portent leur fruit, je suis en garde, prêt à me défendre..

Quel est pour moi le pire danger ? Cette silhouette grise ou la tempête extérieure ? Cette tempête continue-t-elle ? N’importe qui peut réponde.

 Derrière moi, au dehors, des éclairs se déchaînent. Un rapide coup d’œil par dessus mon épaule me laisse voir que d’énormes grêlons rouges s’abattent sur les cactus géants, les réduisant en pièces, lorsque soudain face à moi, retentit à nouveau le hurlement inhumain.

Je me mets en garde, prêt à frapper.

Que vois je ? N’importe qui peut réponde

A la lueur d’un éclair, je distingue la silhouette, c’est un petit homme, ou un enfant, en haillon, ses yeux comme fous semblent me poser une question, ses mains sont secouées de spasmes comme s’il se réjouissait à l’avance de m’étrangler et sa bouche…

Sa bouche est cousue d’un gros fils noir comme la nuit.

Autour de lui au sol, j’aperçois des os furtivement éclairés par le flash d’un éclair..

M’attaque-t-il ? N’importe qui peut réponde

Il me fait signe d’approcher en sautillant, puis pointe vers la paroi proche un doigt griffu au bout de son bras squelettique à la peau parcheminée.

Sans le quitter de vue du coin de l’œil, je prêt attention à ce renfoncement dans la roche.

Suis je directement menacé ? N’importe qui peut réponde

Les signes cabalistiques aux murs sont légèrement luminescents et semblent changeants, hypnotiques. Alors que je m’approche, tenté de me concentrer sur les inscriptions, j’aperçois in extrémis que l’homoncule s’est doucement penché pour ramasser un énorme fémur sans doute pour me fendre le crane !

Je le frappe aussi soudainement que possible ! ( 2d6=7, car il y a un minimum de règles dans Sundered lands ) Je le frappe au poignet, et son arme improvisée vole à quelques pas, peut être avec un morceau de son poignet. Je suis en mesure de m’en débarrasser .

Est ce qu’il recule, ou fuit ? N’importe qui peut réponde

L’être terrorisé court alors vers le mur, et y disparait. Je réalise alors que c’était probablement un enfant !

Je reste sur mes gardes, anticipant une possible ruse, et je jette un œil à l’extérieur.

La pluie de grêlons rouges continue-t-elle ? N’importe qui peut répondre

Un léger étourdissement me saisi, et je réalise qu’il n’y a jamais eu de grêlons rouges ! La grotte n’est qu’une vague avancée de rochers, derrière laquelle s’enfuit un enfant, blessé et terrorisé. Les senteurs fortes et entêtantes des buissons m’auraient elles fait perdre la tête ? Je réalise que les dangers des collines grises ne sont peut être pas ceux auxquels je m’attendait.

Je reprend alors ma route, encore secoué par mes réactions et par mes actions face à ce jeune enfant, qui n’était peut être qu’un berger, se cachant lors de mon approche..

Fin de l’épisode

Merci à tous d’avoir participé à cette expérience de jeu de rôle. N’hésitez pas à commenter !

 

40 commentaires

  1. Lauréline:

    C’est lui qui t’avertis : http://img15.hostingpics.net/pics/739966shrekletroisieme200710g.jpg (L’âne de shrek), il était caché dans un buisson, terrifié.
    Maintenant qu’il t’as vu, il se sent de nouveau près à vaincre tout ces maudit dragons qui se cache là bas, parce que tu sais “BLABLABLA….”…

  2. ronan:

    mmh…. c’est pas trop dans le trip que j’attendais… ;-) même si l’image correspond bien à ta description ! :P
    D’autres propositions ?

  3. Rabbe:

    Je n’ai plus de tabac dans ma tabatière.

  4. Sébastien:

    le silence absolu de la nature

  5. Manu:

    Cela fait maintenant 15 ans que je tue ceux qui essaye de me tuer, cela affute l’instinct on va dire

  6. Damien:

    Je me fige alerté par l’envol soudain d’une dizaine oiseaux effrayés par quelque chose.

  7. Bohort:

    C’est calme…. Trop calme…
    (Je préfère quand c’est un peu plus moins calme)

  8. ronan:

    ———— JE PRENDS “le silence absolu de la nature” ————

  9. Manu:

    Rien ne semble bouger, c’est un peu comme si le temps ralentissait peu à peu. Encore quelques secondes et je jurerai que l’air lui même s’épaissit (et sinon, il serait peut être bon de virer les vieux commentaires car cela va devenir illisible à courte échéance)

  10. Rabbe:

    Malgré le bruissement du ruisseau proche j’entends comme un petit grincement. Cela ressemble au frottement de deux cailloux.

  11. Rabbe:

    Je n’ai à peine le temps de jetter un coup d’oeil circulaire qu’un hurlerment inhumain déchire l’air, (fin falcultative de la phrase : et mes oreilles par la même occasion).

  12. Rabbe:

    Et je ralise alors que même l’eau du ruisseau s’est figée.

  13. ronan:

    ————– JE PREND VOS COMMENTAIRES CI DESSUS. ——————————
    ( oui, je vais voir pour supprimer vos commentaires.. mais ça signifierait vous ‘désabonner’ sur le plan sécurité.. sauf si vous avez déjà posté des des commentaires ailleurs sur ce site..)

  14. Rabbe:

    A vingt mètres sur ma gauche quelques petis rochers s’écartent dévoilant une cavité.

  15. Rabbe:

    (Commentaire HS : je suis le roi de la faute de frappe.)

  16. ronan:

    ( pas grave, je corrigerai quand je reprendrai le contenu ;-) )

  17. Rabbe:

    Aussi soudainement que le cri a jailli il disparait comme balayé par la bourrasque qui courbe soudain la végétation.

  18. ronan:

    ———- JE PRENDS ———-

  19. marc:

    Après quelques pas dans ce qui semble être une caverne une odeur pestilentielle assaille mes narines tandis que mes yeux s’habituent à l’obscurité

  20. Rabbe:

    Mauvais plan, une forme grise en sort.

  21. Rabbe:

    J’ai à peine courru dix mètre dans la direction de la cavité que je chute brutalement. (chacune des mes propositions est indépendante).

  22. ronan:

    ———- JE PRENDS ———- …

  23. marc:

    derrière moi, au dehors, des éclairs se déchaînent. Un rapide coup d’oeil par dessus mon épaule me laisse voir que d’énormes grellons rouges s’abattent sur les cactus géants, les réduisant en pieces, lorsque soudain face à moi, retentit à nouveau le hurlement inhumain

  24. ronan:

    ———- JE PRENDS ———

  25. Rabbe:

    A la lueur des éclairs je m’aperçois que la forme grise est un enfant tremblant.

  26. marc:

    Il est assis sur un autel et tient à la main se qui pourrait être une chignole

  27. Rabbe:

    Je recule jusqu’à l’entrée de la grotte. Que choisir le bombardement de grêlons ou la forme grise qui s’approche en hurlant ?

  28. Manu:

    A la lueur d’un éclair, je distingue la silhouette, c’est un homme en haillon, ses yeux comme fous semblent me poser une question, ses mains sont pleins de spasmes comme s’il se réjouissais à l’avance de m’étrangler et sa bouche…

    Sa bouche est cousue d’un gros fils noir comme la nuit

  29. Damien:

    A la lueur d’un éclair, je distingue la silhouette, c’est un homme en haillon, ses yeux comme fous semblent me poser une question.
    Il tient dans ses mains un os dont il ronge délicatement les lambeaux de chair qui y sont encore accrochés.
    Le bruit des dents sur l’os résonne dans la caverne comme deux caillou frottés l’un contre l’autre.

  30. ronan:

    – je prend —————

  31. marc:

    Il me fait signe d’approcher en sautillant, puis pointe vers la paroi proche un doigt griffu au bout de son bras squelettique à la peau parcheminee

  32. ronan:

    OK …

  33. marc:

    les signes cabalistiques aux murs légèrement luminescents semblent changeant, hypnotiques. Alors que je m’approche, tenté de me concentrer sur les inscriptions, j’aperçois in extrémis que l’homoncule s’est doucement penché pour ramasser un énorme fémur sans doute pour me fendre le crane !

  34. ronan:

    JE PRENDS …

  35. luc:

    Seules les poules repondent, pas n’importe qui. (Ca fait cinq questions que ça me démange)
    A mesure que tu t’a

  36. luc:

    A mesure que tu t’avances, l’homoncule recule…
    Ca va mal finir.

  37. Lauréline:

    L’enfant terrorisé court alors vers le mur, et y disparait.

  38. ronan:

    “L’enfant terrorisé court alors vers le mur, et y disparait.” <- JE PRENDS

  39. marc:

    l’histoire n’est plus cohérente (petit être agressif ou enfant terrorisé ?)

    ma propal pour coller les morceaux:

    le personnage a été victime d’une illusion (type “assassin phantasmatique” pour les joueurs de ADD) destinée à lui faire chercher refuge dans la grotte, il a cru voir des grêlons mais en vérité il n’y a pas de tempête et ce qu’il a pris pour un diablotin agressif est en fait un enfant terrorise, lui même peut-être victime d’une autre créature plus dangereuse se cachant dans l’ombre? les runes au mur sont un passage ?

  40. ronan:

    Je prends, car tu as une bonne idée là pour conclure !