Bonjour à tous, suite à la première campagne d'essai, des idées me sont venues pour améliorer le système de jeu. Je souhaite à présent appliquer ces nouvelles idées dans le cadre d'une seconde campagne, plus grosse. Le scénario est le suivant. Au nord, la première armée allemande avait pour mission de former la pince nord de l'encerclement de l'armée française à Metz (il a échoué comme nous l'avons vu). La seconde armée quant à elle forme la pince sud. Le point de jonction avec la première armée avait été fixé à Conflans. Mais suite à l'échec prussien au nord, la seconde armée doit désormais poursuivre son mouvement jusqu'à Malroy, sur la Moselle. La première armée s'est mise en position défensive à l'est de la Moselle, avec les Ier et VIIIè corps, les survivants du VIIè corps, anéanti au cours de la bataille de Sainte Marie aux Chênes ont été versés au Ier Corps pour compenser ses pertes. Elle est surveillée par le IIIè Corps français qui se remet de ses pertes en occupant des fortifications de campagne sur les hauteurs au nord de Metz. Moltke, ulcéré par l'échec de Steinmetz décide donc de faire reposer l'effort d'encerclement sur la deuxième armée allemande de Frédéric-Charles, qui compte 7 corps d'armée (la garde royale, le corps saxon et 5 autres corps prussiens) et 2 divisions de cavalerie. En face, l'armée française peut compter sur les IIè, IVè et VIè corps ainsi que sur la garde impériale. L'armée française a aussi la brigade Lapasset du Vè Corps, deux divisions de cavalerie de réserve (1ère et 3è) et la grande réserve d'artillerie. L'armée française, qui doit arrêter le Prussien pour laisser le temps à la France de former de nouveaux corps d'armée a donc pour mission d'éviter l'encerclement. Le scénario commence le 3 août, 2 jours après le scénario nord.

Voici la carte de la partie nord du scénario

partie nord

Voici la carte de la partie centrale du scénario

centre

Voici la carte de la partie sud du scénario

carte_sud.JPG

Concernant les ordres de bataille, on peut se référer à la page ordres de bataille.

La seconde campagne est maintenant terminée. En voici le résumé:

situation fin TS1

Après trois heures de mouvements à 7h du matin, les forces allemandes sont déjà bien avancées et les unités de cavalerie en reconnaissance ont déjà repéré des unités françaises. Les forces françaises restent immobiles et attendent de découvrir l'itinéraire des forces allemandes.

Situation à 10h, jour 1

à 10h, les forces allemandes ont atteint la Moselle sur toute sa largeur, la cavalerie prussienne a pénétré profondément au sud du front et commence à déborder le IVè corps français lorsque le général français envoie dans le secteur l'essentiel de sa cavalerie en contre, c'est alors que se déroule une énorme bataille de cavalerie au nord de Mamey remportée par le joueur français. Ce combat est une véritable boucherie des deux côtés, mais le Français, grâce à sa réaction rapide, a évité le pire.

5_repositionnement_francais.JPG

situation générale à 13h, jour 1

à 13h, les Prussiens bombardent Corny, la brigade de la garde prussienne évacue la ville et parvient à détruire le pont. Pont-à-Mousson est également incendiée et évacuée par les forces françaises qui se replient sur les hauteurs à l'ouest de la ville. La garde prussienne reprend son souffle après avoir manœuvré durant deux TS consécutifs. Une brigade d'infanterie française (Fauvard-Bastoul du IIè corps) renforce le secteur de Mamey qui n'était jusqu'à présent défendu que par de la cavalerie et de l'infanterie. Bourbaki prend le commandement du secteur.

situation fin TS4 (à 16h))

à 16h, la brigade Fauvard-Bastoul a terminé ses travaux de retranchements autour de Mamey. Les Prussiens tentent de construire un pont de campagne dans le secteur de Corny. Le corps saxon effectue un assaut dans les bois à l'ouest de Jézainville mais il est repoussé avec pertes. Le Français a alors un front nord avec la garde et une brigade du IIè corps, un front sud avec Ladmirault, la cavalerie, la brigade Lapasset et la brigade Fauvart-Bastoul et le reste du 2è corps est gardé en réserve au centre avec de l'artillerie.

situation fin de la première journée

A 19h, la garde prussienne achève la construction de deux ponts au sud de Pont-à-Mousson. les deux armées établissent leurs campements pour la nuit et organisent leurs protection pour la nuit.

Au cours de la nuit, le Français envoie des commandos mixtes composés de génie et de soldats d'élite pour tenter de détruire les ponts construits par les Allemands. A Corny, le pont est endommagé, à Pont-à-Mousson un pont est détruit, l'autre pont reste intact.

situation à 7h, jour 2

Voici en photo la situation au sud de Pont-à-Mousson à 7h, jour 2. La garde royale a pu traverser par le pont intact et joint ses forces au corps saxon. Le IXè corps prusso-hessois suit de près la garde royale.

situation_generale_fin_TS7.JPG

Au nord, du côté de Corny, la garde impériale tente de bloquer la traversée du IIè corps prussien

DSC00800.JPG

Enfin, dans le secteur de Mamey, la brigade de cavalerie lourde de la garde chasse la cavalerie prussienne de Regneville, tandis que le reste de la cavalerie française se dirige vers l'ouest, Mamey étant solidement tenue par une brigade d'infanterie et une imposante artillerie retranchées (les 8 batteries à cheval de la grande réserve d'artillerie, les 4 batteries à cheval des deux divisions de cavalerie de réserve, s'y ajoutent 3 batteries de mitrailleuses), le duel d'artillerie continue avec l'artillerie saxonne renforcée par les batteries à cheval des 5è et 6è divisions de cavalerie. L'essentiel de l'artillerie française fait face à la division saxonne et empêche celle-ci de sortir du bois.

vue_generale_du_secteur_de_Mamey.JPG

A 10h, la garde prussienne est déployée et continue de pilonner les forces françaises dans le secteur de Jézainville. La division hessoise se déploie au sud de Jézainville tandis que la division prussienne du IXè corps finit de traverser la Moselle et se dirige vers Griscourt.

A 13h, le Prussien a bougé la brigade de la garde von Modem dans le secteur de Mamey, le Français a également renforcé ce secteur en envoyant une division pour garder la forêt sur le flanc droit. Il ne reste plus qu'une brigade française en réserve!

la_garde_prussienne_avance__dans_le_secteur_de_Mamey.JPG

A Manonville, au sud-ouest de Mamey, un nouveau combat de cavalerie a lieu entre la cavalerie de la garde impériale et la cavalerie prussienne supérieure en nombre, c'est un nouveau match nul sanglant, par la suite, tout ce qui reste des cavaleries françaises et prussiennes dans le secteur (cav de la garde française+1è et 3è divisions de cavalerie de réserve+cavalerie du 2è corps contre cavalerie saxonne+5è et 6è divisions de cavalerie s'affrontent), le résultat final est indécis, mais les pertes sont telles que cette cavalerie est HS pour le reste de la campagne, les pertes prussiennes sont bien supérieures, mais les deux batteries à cheval de la garde ont été capturées.

Au nord, les combats font rage entre la division des voltigeurs de la garde et le IIè corps prussien. La division des grenadiers de la garde, appuyée par une division du IIè corps et les 8 batteries de 12 de la grande réserve d'artillerie, a repoussé violemment la tentative de traversée du Xè corps prussien à Corny. Un régiment prussien est fait prisonnier, le reste évacue précipitamment la rive ouest de la Moselle et le général von Voigts-Rhetz décide de replier l'ensemble de son corps derrière les hauteurs à l'est de la Moselle.

statu-quo__du_cote_d__Ars_sur_Moselle.JPG

Napoleon_III_regarde_avec_satisfaction_le_repli_du_Xe_corps_prussien.JPG

Le général prussien décide alors d'une nouvelle stratégie: il ordonne à la garde et au corps saxon de se retrancher solidement tandis qu'il commence à effectuer un mouvement tournant avec le IXè corps et avec les IIIè et IVè corps qui viennent de lui être confiés par le Grand Etat-major.

A 16h, sur ordre de Frédéric-Charles, le IIè corps prussien ordonne le repli du IIè corps prussien, qui a beaucoup souffert, sur la rive est de la Moselle. C'est un soulagement pour le Français dont la division de voltigeurs est HS et qui ne peut plus opposer qu'une brigade de grenadiers à ce corps. Les combats sur le front nord s'arrêtent donc pour le reste de la journée.

Voyant que le IXè corps prusso-hessois se dirige vers Griscourt, le corps de Ladmirault effectue une offensive sur la garde prussienne, Ladmirault bénéficie du soutien de l'artillerie du IIè corps et de la dernière brigade de réserve. Il va progressivement reprendre Blénod à la garde avant que celle-ci ne puisse achever ses travaux de retranchements. La grande batterie prussienne, qui avait réussi à se retrancher va être contrainte d'abandonner ses positions car le retour offensif français la menace d'une attaque de flanc. Elle se redéploie donc sur une ligne est-ouest à hauteur de Jézainville.

offensive_francaise_sur_Blenod.JPG

A Mamey, les 9 bataillons de la garde de la brigade von Modem attaquent les 13 bataillons du IIè corps. C'est un demi échec: la brigade est HS pour le reste de la journée mais la division française a beaucoup souffert et ne peut espérer tenir face à une nouvelle attaque effectuée par des troupes fraîches.

situation_TS10.JPG

A 19h, les 3 corps allemands effectuent la manoeuvre qui donne la victoire au joueur prussien, de son côté le Français contrôle Blénod et tente de pousser vers le bois de Cuite, il est arrêté temporairement par des tirs efficace de la grande batterie prussienne. Il ne peut plus espérer percer avant la nuit, il repoussera tout au plus la garde prussienne un peu plus au sud.

Au sud, des éléments de Canrobert sont arrivés à Toul et commencent à bouger à partir de 19h, mais c'est trop tard! le IIIè corps a été envoyé pour les intercepter.

Voici la position finale qui a décidé du sort de la campagne, concernant les pertes, le Français a perdu environ 9 000 hommes tandis que le Prussien en a perdu 13 000.

position_finale.jpg